création mur à la chaux puis collages et tampons-pochoirs Machine et marcheur- carte noire à gratter
Caminos de Joséphine
Gaétan pose devant le sténopé sténopé Gaétan
Le mur de nuit

RETIRADAS

Histoires d’exils

2015, les Pronomades (Centre national des arts de la rue) implantés dans les piémonts Pyrénéens, proposent à Emilie Mousset , créatrice sonore, une carte blanche ayant pour thème l’exil espagnol de février 1939. Me sachant également sensible à l’histoire, Emilie me propose de partager l’aventure en créant un duo son/image.
On imagine une série de rencontres qui aboutirait sur un moment vivant, un partage.
Trois espaces, trois temps :
Un espace sonore, issus de témoignages, une écoute attentive, assise, enveloppée. Un dispositif de hauts-parleurs tout autour du public, accueilli rassemblé, chaises de bistrots, attablé autour d’un vermout...
Puis une marche. Pas funéraire, une marche des chants, des cris, des sons de luttes, glanées au présent, les "nuit debout", entres autres.
Et puis, un mur, le silence, une autre manière de récit, gravée, écrite, photographiée, dessinée, des paroles qu’on n’a pas entendues, qui complètent, décalent... Une visite dans la nuit, à la lampe de poche. Après une parole collective, un silence partagé.

Deux années de rencontres, en lien avec l’association Mémoria et Exilio, pour évoquer le passé, la transmission, la vie d’exil, et l’aujourd’hui.

Portraits aux sténopés, enregistrements sonores (avec différentes pomponettes), dessins, gravures, écritures, photos couleurs, pochoirs, chaux, tampons encreurs sont nos outils...

Les représentations publiques ont eu lieu en juillet 2017, à Miramont de Cominges.